Je n’ai pas le temps : fait ou excuse ?

Je n’ai pas le temps : fait ou excuse ?

Il y a quelques années j’ai lu l’ouvrage « la semaine de 4 heures » de Tim Ferris, et comme  pour beaucoup d’autres personnes cela a profondément changé ma façon d’envisager ma vie, mon temps et mon travail.

J’y ai compris que la richesse ne se compte pas en billets de banque , mais en quantité de temps disponible.

On peut être multi millionnaire mais être terriblement pauvre parce l’on passe sa vie à courir après l’argent sans profiter de la vie, de ses proches, des plaisirs quotidiens.

A contrario, on peut avoir des revenus plus modestes, mais être véritablement riche de par le temps dont on dispose. Elle est là la vraie richesse et c’est ce qui m’a poussée à construire mon activité en ligne qui me permet aujourd’hui non seulement de m’épanouir dans ma vie professionnelle en apportant de la valeur aux autres, mais aussi d’être seule maître de mon temps et d’en disposer de beaucoup pour profiter de mon mari, de notre enfant et de cette vie agréable que nous vivons à Bali.

L’excuse du manque de temps est récurrente lorsque j’interroge des personnes souhaitant devenir entrepreneurs sur leurs freins.

 

Mais la vraie question est : est-ce que vous n’avez pas de temps, ou est-ce que vous ne le dédiez pas à ce qui est vraiment important, par sabotage ?

 

Nous venons de milieux sociaux différents. Nous avons des vies et des obligations différentes. Mais il y a une chose sur laquelle nous sommes tous sur un pied d’égalité : c’est le temps dont nous disposons dans une journée. Ces 24 heures sont une réalité universelle qui que vous soyez.

Si vous faites un audit précis de ce à quoi vous dédiez chaque heure de vos journées, mis à part vos temps de sommeil et de repas qui sont essentiels, vous constaterez que vous avez en réalité une certaine quantité de temps disponible pour vous consacrer à vos projets, mais que vous le gaspillez dans des choses qui ne sont pas porteuses d’évolution. 

Combien de temps passez-vous sur les réseaux sociaux chaque jour ? Ou devant votre poste de télévision ?

Combien de temps passez-vous à entretenir vos ruminations intérieures limitantes, ou à faire le bilan de vos insatisfactions ? Ceci est aussi une perte de temps.

La principale objection rencontrée lorsque l’on met une personne face à ses propres lacunes en termes de gestion du temps est « oui mais quand je rentre du travail je suis fatiguée ». Ou encore « oui mais regarder mon film le soir est mon seul moment de détente de la journée, j’y ai droit ».

Certes, mais j’ai envie de vous demander : qu’est-ce qui est vraiment important pour vous aujourd’hui ?

Le « oui mais » est la réponse favorite lorsque l’on cherche des excuses à la justification de ce que l’on sait être néfaste pour soi.

Je trouve de plus que la notion d’effort est une chose qui se perd énormément de nos jours. L’astreinte aussi.

 

Nous vivons dans une société d’hyper consommation, et de recherche de satisfaction immédiate. Nous voulons tout tout de suite, et surtout le plus facilement possible. Cela peut marcher pour une multitude de choses, mais les projets les plus ambitieux demandent un travail de chaque instant, des efforts répétés et un investissement sans faille.

 

Cela demande aussi la capacité mentale de s’astreindre à des choses qui à un moment T ne sont pas celles qui sont forcément les plus plaisantes pour soi, mais dont on sait que ce sont les plus porteuses pour notre avenir.

 

Lorsque j’ai créé activité en ligne, je recherchais la liberté. Mais j’ai vite compris que pour faire la différence et pour obtenir les résultats que je voulais vraiment, il me fallait donner plus, m’investir plus. J’ai refusé une tonne d’invitations de sorties, de week-ends. J’ai passé des soirées voire des nuits entières à travailler. Aujourd’hui je suis en plus maman et, comme vous le savez sans doute si vous êtes parent, ce rôle nous demande toute notre disponibilité. Je gère donc ma vie professionnelle autour des besoins de mon enfant et, s’il faut que j’attende qu’il dorme pour travailler, je le fais. Pourquoi ? Parce que cela en vaut la peine. Parce que ce sont des efforts nécessaires pour me permettre, d’un autre côté, de jouir d’une vie agréable, celle que j’ai choisie.

Alors je vous invite à faire un réel audit de votre temps sur une semaine. A noter tous les temps morts que vous dédiez à des choses futiles et à vous demander à l’avenir : est-ce que ce que je suis en train de faire maintenant sert l’accomplissement de mes projets ? Si non, changez les choses, réorganisez votre quotidien, acceptez d’être un peu plus fatigué aujourd’hui, pour être beaucoup plus épanoui demain.

En ce qui concerne la procrastination, elle peut être liée à un auto sabotage ou justement à cette sensation que ce que l’on doit faire ne nous donne pas de satisfaction immédiate. Mais là aussi pensez à demain : quel sera l’apport de telle action sur du long terme ? Et surtout faites en priorité ce qui vous déplaît quand cela est nécessaire à votre évolution, car la satisfaction ressentie vous permettra de retrouver une fierté, un nouvel élan d’énergie pour faire d’autres choses.

C’est cette discipline de quelques mois ou de quelques années qui vous permettra de passer le reste de votre vie exactement comme vous l’imaginez, dans la sérénité et la fierté du travail accompli.

Ceux qui réussissent n’ont pas plus de chance que vous, mais ils mettent plus d’efforts à la réalisation de leurs objectifs que les autres.