Et si vos échecs étaient vos meilleurs amis ?

Peut-on vraiment parler d’échecs ou n’existe-t-il en fait que des expériences qui nous mènent à la réussite ?

Lors d’une conférence en ligne une participante m’a demandé si elle devait, d’après mes propos, considérer que tout ce qu’elle avait vécu jusqu’ici et même tout ce qui paraît négatif ne devait être envisagé que sous l’angle d’expérience et non d’échecs.

C’est tout-à-fait exact.

A partir du moment où l’âme choisit de s’incarner c’est pour se révéler sur un aspect particulier de sa personnalité (car oui, l’âme a sa propre personnalité) afin de pouvoir irradier et partager les qualités toutes particulières qui sont les siennes.

Dans ces conditions, il est donc parfaitement normal que la personne qui véhicule l’âme emprunte parfois des voies plus douloureuses ou plus sinueuses que d’autres car c’est face à la douleur, la plupart du temps, que nous sommes capables d’apprendre et de comprendre que telle ou telle voie ne nous correspond en fait pas du tout.

Ce que l’on considère comme un échec est surtout la preuve que l’on a essayé quelque chose.

L’échec est en fait la trace qui vient prouver, acter le fait qu’à un moment de votre vie vous vous êtes positionné d’une certaine manière. Alors certes, cela ne vous a peut-être pas permis de trouver l’épanouissement, mais cela vous aura au moins montré que ce n’est pas dans cette direction que vous vous réaliserez pleinement.

Lorsqu’il est vu comme une expérience, l’échec est en fait porteur d’une force d’enseignements bien supérieure à toutes les autres. Il permet de prendre du recul sur la manière dont on a agi ou sur une décision que l’on a prise à un moment, pour pouvoir se demander comment faire différemment.

En faisant toujours la même chose on obtient des résultats similaires. Donc dans cette vision l’échec vient nous montrer que l’on se perd dans une mauvaise voie, ou que l’on emploie les mauvais moyens.

Pensez à un enfant qui apprend à marcher. Il tâtonne, il essaie de trouver la meilleure posture pour garder l’équilibre, il peut essayer de se raccrocher à ce qu’il a autour de lui, en bref avant de parvenir à faire des pas assurés il va essayer, tomber, essayer autrement, jusqu’à ce qu’il comprenne comment fonctionne son petit corps.

Auriez-vous l’idée de dire que cet enfant, parce qu’il est plus-ou-moins long dans l’apprentissage de la marche, échoue ? Non, vous direz qu’il y va à son rythme. Et c’est exactement la même chose pour vous face à une expérience de vie. Avant de trouver l’équilibre vous allez certainement chuter, vous recentrer, essayer encore, peut-être même vous faire mal, mais à un moment ou un autre vous comprendrez quelle est la meilleure posture pour vous, celle qui va vous permettre d’avancer comme le bébé qui maîtrise la marche après toutes ses chutes.

Alors qu’est-ce qui peut permettre de rebondir après un échec ? 

Il y a à mon sens deux aspects. Le premier est l’écoute de soi, de sa guidance intérieure, et le second est de chercher dans son expérience fâcheuse ce qui nous a amené à un résultat décevant pour soi.

En ce qui concerne la guidance intérieure, vous pouvez être certain que si vous êtes aligné à vos ressentis vous ne pourrez pas vous tromper. On se brûle les ailes parce qu’on va vers des situations qui ne sont pas bonnes pour soi, qui ne nous correspondent pas ou que l’on est pas prêts à accepter et à accueillir vraiment. Si vous êtes capable d’entendre la voix qui chuchote en vous et qui vous encourage ou non à aller vers une voie plutôt qu’une autre, vous éviterez bon nombre d’échecs.

Il est néanmoins important de préciser que votre âme, qui a une vision plus large des choses que vous (eh oui, n’oublions pas que c’est elle qui a construit votre chemin de vie !) peut vous guider vers une situation qui en apparence pourrait sembler désagréable. Mais avec du recul et sur le long terme vous constaterez que cette expérience aura été très riche d’enseignements, même si au premier abord vous aurez pu la trouver un peu difficile. Elle vous aura en fait fait grandir.

En ce qui concerne le fait de chercher ce qui nous a mené à l’expérience fâcheuse, c’est en fait la quête du sens et l’examen de nos attitudes. Je vais prendre un exemple qui s’est souvent présenté à moi notamment dans mes consultations de voyance. J’ai souvent rencontré des femmes qui m’interrogeaient sur le moment où elles allaient enfin rencontrer la « bonne personne ». Et en général je ne la voyais pas arriver de si tôt.

Certes cette réponse ne plaisait pas à mes consultantes, mais le fait est qu’elles faisaient toujours la même chose donc elles ne pouvaient pas arriver à un résultat différent. La plupart du temps ces femmes s’accrochaient soit à des hommes mariés (et qui n’avaient en aucun cas l’intention de quitter leur femme), soit à des hommes qui dès le départ étaient fuyants. Ce qu’elles prenaient pour une malchance affective et donc des échecs incessants était simplement la conséquence de la répétition d’un schéma qu’elles reproduisaient à l’infini : insister ou se lancer dans des histoires alors que dès le début tous les signaux étaient au rouge. Donc inévitablement elles se brûlaient les ailes…

Ainsi, si vous avez le sentiment de revivre sans cesse les mêmes situations « d’échecs », pensez à vous demander quel en est le dénominateur commun (qui vient forcément de vous, même si c’est difficile à admettre au début). Vous pourrez de cette façon vous positionner autrement et écrire l’histoire différemment à l’avenir.

Donc n’oubliez pas, il n’y a pas d’échecs, juste des expériences qui peuvent vous amener à vous dépasser, à vous renforcer dans votre identité, et qui vous mèneront à la réussite !